The First Ever National Women’s Convention for Peace in Cameroon

La Toute Première Convention Nationale des Femmes pour la Paix au Cameroun

Unprecedented Unity for Peace: The Historic National Women’s Convention in Cameroon

Unité Sans Précédent pour la Paix: L’Historiqu Convention Nationale des Femmes au Cameroun

In a historic gathering that resonated with the vibrancy and diversity of Cameroon, the first-ever National Women’s Convention for Peace unfolded from 29 to 31 July 2021, at the Yaounde Conference Centre. This ground-breaking event was not merely a conference but a resounding call for Peace, uniting 1,800 women from 38 organisations spanning all 10 Regions, all 58 Divisions, and all 360 Sub-divisions of Cameroon. It was a tapestry of voices, echoing the dreams and aspirations of women from every corner of the nation.

Nothing like this has ever happened in Cameroon.

La toute première Convention Nationale des Femmes pour la Paix s’est déroulée du 29 au 31 juillet 2021, au Palais des Congrès de Yaoundé, lors d’un rassemblement historique qui a résonné avec le dynamisme et la diversité du Cameroun. Cet événement novateur n’était pas simplement une conférence, mais un appel retentissant à la Paix, réunissant 1 800 femmes de 38 organisations couvrant les 10 Régions, les 58 Départements et les 360 Arrondissements du Cameroun. Ce fut une tapisserie de voix, faisant écho aux rêves et aux aspirations des femmes de tous les coins de la nation.

Il n’y a jamais eu rien de tel au Cameroun.

Context: A Nation Longing for Peace

Cameroon, marred by conflicts in regions like the North-West, South- West, Far-North, and the East Regions, has witnessed a devastating toll on its people. The National Women's Convention for Peace emerged as a beacon of hope amid this turmoil, signaling that the women of Cameroon were ready to contribute to Peace-building processes.

Contexte: Une Nation qui aspire à la Paix

Le Cameroun, marqué par des conflits dans des Régions telles que le Nord-Ouest, le Sud-Ouest, l'Extrême-Nord et l'Est, a connu des conséquences dévastatrices pour sa population. La Convention Nationale des Femmes pour la Paix représente une lueur d'espoir au milieu de cette tourmente, indiquant que les femmes du Cameroun sont prêtes à contribuer aux processus de construction de la Paix

Unveiling Unity: Symbolic Representation

The sheer scale of representation was awe-inspiring. Women from diverse backgrounds, representing 24 categories, including students, professionals, artists, and survivors of violence; women in uniform, in sports and in prisons; domestic workers and sex workers; women chiefs and women religious; bayam sellam and women with disabilities. All converged to create a mosaic of strength and resilience. This inclusivity was not just symbolic; it was a powerful testament to the collective will for Peace.

Moreover, the Convention’s reach extended beyond geographical and linguistic boundaries, with participants conversing in English, French, Fulfulde, and Pidgin. This multilingual chorus reinforced the idea that Peace knows no language barriers.

Distinguished voices and global perspectives: Friends and allies from abroad

Distinguished local and international speakers lent their voices to the cause. The keynote address by Ms Marie Thérèse Abena Ondoa, Minister for Women’s Empowerment and the Family, set the stage for a profound exploration of women’s roles in Peace processes. International figures such as Nigerian author and feminist Ms Chimamanda Ngozi Adichie, Mediator and Peace Activist extraordinaire Ms Mireille Tushiminina, and co-Founder of the Colombian Women’s Network Ms Rosa Emilia Salamanca brought a global perspective, underscoring the universal importance and showcasing the success stories of women in Peace-building.

Asking questions, talking to each other: Discussion and debate

The Convention’s workshops delved into critical aspects of

Peace, examining
dynamics, the
framework for
participation, strategic dialogue for conflict resolution, and addressing conflict-related sexual violence and trauma healing. All panels involved a perfect balance of academics and researchers, NGO workers and community liaison officers, and grassroots women to keep the discussions real, focused, grounded.

The Rhythms of Unity: Music and Art for Peace

Beyond traditional discussions, the inclusion of art and music became powerful instruments of expression. The captivating performances by Mac Alunge & the Straw Academy, Joyce Babatunde, and Bless Nji Nde, coupled with poetry from teenagers across Cameroon, transformed the Convention into a celebration of resilience through creativity. These artistic expressions became a harmonious backdrop, resonating with the spirit of unity and Peace that echoed through the conference halls.

Voices of the Silenced: Witnesses to Violence

The Convention drew its power from the testimonies of grassroots women from conflict-ridden regions—North-West, South-West, and Far-North. Their voices, often unheard, became the driving force behind the Women’s Call for Peace. These witnesses represented the countless women who had endured physical and emotional trauma, their stories becoming a poignant reminder of the urgent need for change.

Healing Spaces: The Psychosocial Village

A revolutionary addition to the Convention was the establishment of a psychosocial village. Here, psychologists and social workers provided much-needed psychosocial first-aid, creating a haven for participants. This innovative approach recognised the importance of mental well-being in the journey towards lasting Peace.

The Women’s Call for Peace: A Symphony of Demands

The pinnacle of the event was the Women’s Call for Peace on 31 July 2021, a moment that focused the national spotlight on the conference hall. Proclaimed in four languages, it echoed the collective yearning for Peace from women who had buried husbands, comforted daughters, and laboured for a future free from the shadows of conflict. Symbolised by four children representing hope, four survivors embodying the painful past, and four Convention members embodying the present, this solemn ceremony became a powerful symbol of Peace.

The children processed into the hall bearing the Call for Peace on scrolls in calabashes and handed them to the four survivors behind a screen. Forgiving their attackers and calling for Peace and dialogue, the survivors used branches of the Peace plant to lower the scrolls from behind the screen into the waiting hands of the Convention members, who proclaimed the Call for Peace in the four languages of the Convention. The children then presented the Call to the Minister and to Representative of the Prime Minister.

Dévoiler l’Unité: Représentation Symbolique

L’ampleur de la représentation était impressionnante. Des femmes d’origines diverses, représentant 24 catégories, dont des étudiantes, des professionnelles, des artistes et des survivantes de violences ; des femmes en tenue, en sport et en prison ; des travailleuses domestiques et des travailleuses du sexe ; des femmes cheffes traditionnelles et des femmes religieuses ; des bayam sellam et des femmes handicapées. Toutes ont convergé pour créer une mosaïque de force et de résilience. Cette inclusion n’était pas seulement symbolique, elle témoignait avec force de la volonté collective de parvenir à la Paix.

En outre, la portée de la Convention s’est étendue au-delà des frontières géographiques et linguistiques, les participants échangeant en Anglais, en Français, en Fulfulde et en Pidgin. La diversité des langues utilisées a renforcé l’idée que la Paix ne connaît pas de barrières linguistiques.

D’éminentes voix et des perspectives mondiales: Amis et alliés de l’étranger

D’éminents orateurs locaux et internationaux ont prêté leur voix à la cause. Le discours d’ouverture de Mme Marie Thérèse Abena Ondoa, Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, a ouvert la voie à une exploration approfondie du rôle des femmes dans les processus de Paix. Des personnalités internationales telles que l’auteure et féministe Nigériane Mme Chimamanda Ngozi Adichie, la médiatrice et activiste de Paix extraordinaire Mme Mireille Tushiminina, et la cofondatrice du Réseau des Femmes de Colombie Mme Rosa Emilia Salamanca ont apporté une perspective globale, soulignant l’importance universelle et mettant en valeur les histoires de réussite des femmes dans la construction de la Paix.

Se poser des questions, se parler: Discussions et débats

Les ateliers de la Convention ont approfondi différents aspects de la Paix, en examinant les dynamiques historiques, le cadre normatif pour la participation des femmes, le dialogue stratégique pour la résolution des conflits, et en abordant la violence sexuelle liée aux conflits et la guérison des traumatismes. Tous les panels étaient composés d’un parfait équilibre d’universitaires et de chercheurs, d’employés d’ONG et d’agents de liaison communautaires, ainsi que de femmes de la base, afin que les discussions restent réelles, ciblées et ancrées dans la réalité.

Rythmes de l’Unité: La Musique et l’Art au Service de la Paix

Au-delà des discussions traditionnelles, l’art et la musique sont devenus de puissants instruments d’expression. Les prestations captivantes de Mac Alunge & the Straw Academy, Joyce Babatunde et Bless Nji Nde, associées à la poésie d’adolescents de tout le Cameroun, ont transformé la Convention en une célébration de la résilience par la créativité. Cette expression artistique a créé une toile de fond harmonisante, en résonance avec l’esprit d’unité et de Paix qui a retenti dans les salles de conférence.

La Voix des Personnes Réduites au Silence: Les Témoins de la Violence

La Convention a puisé sa force dans les témoignages des femmes des régions en conflit – Nord-Ouest, Sud-Ouest et Extrême-Nord. Leurs voix, souvent inaudibles, sont devenues la force motrice de l’Appel des Femmes pour la Paix. Ces témoins représentaient les innombrables femmes qui avaient subi des traumatismes physiques et émotionnels, leurs histoires devenant un rappel poignant du besoin urgent de changement.

Espaces de Guérison: Le Village Psychosocial

La création d’un village psychosocial fut révolutionnaire dans le cadre de la Convention. Des psychologues et des assistantes sociales y ont apporté les premiers soins psychosociaux indispensables, créant ainsi un havre de Paix pour les participants. Cette approche innovante reconnaît l’importance du bien-être mental dans le cheminement vers une Paix durable.

L’Appel des Femmes pour la Paix: Une Symphonie de Revendications

Le point culminant de l’événement fut l’Appel des Femmes pour la Paix, le 31 Juillet 2021, un moment qui a braqué les projecteurs nationaux sur la salle de conférence. Proclamé en quatre langues, il a fait écho à l’aspiration collective à la Paix des femmes qui ont enterré des maris, réconforté des filles et travaillé pour un avenir libre de l’ombre des conflits. Symbolisée par quatre enfants représentant l’espoir, quatre survivantes incarnant le passé douloureux et quatre membres de la Convention incarnant le présent, cette cérémonie solennelle est devenue un puissant symbole de Paix.

Les enfants sont entrés dans la salle avec l’Appel à la Paix sur des parchemins dans des calebasses qu’ils ont remis aux quatre survivantes derrière un paravent.

Pardonnant à leurs agresseurs et appelant à la Paix et au dialogue, les survivantes se sont servies de branches de l’arbre de la Paix pour poser les parchemins de derrière le paravent dans les mains des membres de la Convention, qui ont proclamé l’Appel à la Paix dans les quatre langues de la Convention. Les enfants ont ensuite remis l’Appel au Ministre et à la Représentante du Premier Ministre.

We women of Cameroon, in this united call for Peace, demanded an end to hostilities, continued dialogue, equal and permanent involvement of women in Peace mediation, improved centres for psycho-social support and trauma healing, and functional DDR centres.

Nous, femmes du Cameroun, dans cet appel uni pour la Paix, avons exigé la fin des hostilités, la poursuite du dialogue, l’implication égale et permanente des femmes dans la médiation de la Paix, l’amélioration des centres de soutien psychosocial et de guérison des traumatismes, et des centres de DDR fonctionnels.

Conclusion: A Pioneering Chapter in Cameroon’s History

This convention was more than a gathering; it was a seismic shift in Cameroon’s narrative. It stood as a testament to the power of unity, the potency of women’s voices, and the unyielding spirit of a nation committed to Peace. The National Women’s Convention for Peace in Cameroon was not just an event; it was a paradigm shift, a resounding declaration that the future of this nation will be shaped by its women’s courage, resilience, and unity.

Conclusion: Un Chapitre Pionnier de l’Histoire du Cameroun

Cette convention a été bien plus qu’un rassemblement, ce fut un changement sismique dans l’histoire du Cameroun. Elle témoigne du pouvoir de l’unité, de la portée des voix des femmes et de l’esprit inébranlable d’une nation engagée en faveur de la Paix. La Convention Nationale des Femmes pour la Paix au Cameroun n’était pas un simple rendez-vous, c’était un changement de paradigme, une déclaration retentissante que l’avenir de notre pays sera façonné par le courage, la résilience et l’unité de ses femmes.

In those three transformative days, Cameroon didn’t just witness history; it actively shaped it “piece by piece.”

Ces trois jours de transformation ont permis au Cameroun de ne pas se contenter d’être le témoin de l’histoire, mais de la façonner activement “pièce par pièce”.

The echoes of this historic gathering will continue to resonate in the bushes and in the corridors of power, in towns and villages, on mountain tops and in the deepest valleys, inspiring change and laying the foundation for a more harmonious Cameroon.

Les échos de cette rencontre historique continueront à résonner dans les forêts et les allées du pouvoir, dans les villes et les villages, au sommet des montagnes et dans les vallées les plus profondes, inspirant le changement et jetant les bases d’un Cameroun plus harmonieux.